Génération perdue ? Lire à l’heure des écrans.



Les chiffres bruts font peur. Une étude récente du Centre national du Livre (CNL) dresse un constat alarmant. En 2021, les jeunes de 7 à 25 ans déclarent avoir passé 3h50mn par jour sur un écran, tandis que le temps qu’ils ont consacré à la lecture atteint 3h14min …. par semaine ! Bref, le combat serait déjà plié, et ce d’autant que 47% des jeunes interrogés déclarent faire souvent autre chose en même temps qu’ils lisent, sur… leurs écrans (lire et envoyer des messages, surfer sur les réseaux sociaux, voir même visionner des vidéos !). Un nouveau néologisme est d’ailleurs venu consacrer cette omniprésence des écrans pour cette génération, celui de Screenagers (ou adolécrans), un terme qui désigne les 13-19 ans hyperconnectés. Et pourtant, comme souvent, une analyse plus approfondie de la situation brosse un tableau plus contrasté, où l’édition jeunesse n’aurait pas encore tout à fait abandonné les armes, voire saurait y trouver son compte…


Les jeunes aiment lire, et ils achètent des livres


Commençons par une bonne nouvelle : cette même étude du CNL l’affirme de façon triomphante : les jeunes aiment lire (à 84%), et 42% adorent ! 93% des 7-25 ans se disent lecteurs, avec une moyenne de 5 livres lus sur les 3 derniers mois. Mieux, le temps de lecture moyen a progressé de 13 minutes sur cette tranche d’âge depuis la précédente enquête en 2016. Bref, tout n’est donc pas perdu.

Côté ventes, le secteur de l’édition jeunesse est florissant. D’après la société d’études The Business Research Company, le marché mondial des livres pour enfants et jeunes adultes devrait croître de près de 5 % cette année, à 11,3 milliards de dollars. Quand au seul marché français de l’édition jeunesse, celui-ci a progressé de 56% en volume en 2021 selon une étude de l’institut Gfk. Dans un secteur de l’édition un peu moribond, l’édition jeunesse joue donc le rôle de locomotive.


BD et Manga, Science-Fiction et romance décomplexée


Mais que lisent nos enfants et nos adolescents ? Toujours d’après cette étude du CNL, les formats plébiscités par les 7-19 ans sont la BD, le roman et le manga. Par rapport à la précédente enquête de 2016, la BD a détrôné le roman à la première place. Le manga enregistre une percée fulgurante, avec un doublement des ventes pour la seule année 2021. Chez les 19-25 ans, le roman résiste mieux et garde sa première place, devant la BD et le manga.

Les titres phares du moment : Twilight, Hunger games, Divergente, Le labyrinthe, After, mais aussi ... Harry Potter !

Parmi les sujets plébiscités, c’est la fiction de l’imaginaire qui truste le haut du pavé avec des titres phares comme Twilight, Hunger games, Divergente, Le labyrinthe ou encore l’incontournable Harry Potter. Une tendance plus récente est portée par le segment de la « romance décomplexée », désignant des intrigues amoureuses un peu épicées, à l’image du best-seller After, qui totalise plus de 12 millions d’exemplaires vendus depuis la sortie du 1er tome en 2014.



Ne pas opposer écrans et lecture


Les médias numériques ne s’inscrivent pas uniquement en opposition à la lecture, et les passerelles entre les deux mondes sont nombreuses. A côté des recommandations des proches (amis, famille) ou de leurs professeurs, les réseaux sociaux, les films et les séries constituent de puissants prescripteurs de lecture. D’après l’étude du CNL, 29% des 7-25 ans et 42% des 20-25 ans choisissent un livre après en avoir entendu parler sur Internet.


Les jeunes Booktubeurs (le plus souvent des Booktubeuses) constituent une section très populaire sur le réseau Youtube, avec des chaînes particulièrement suivies comme Audrey -le souffle des mots qui totalise presque 100 millions d’abonnés ! Booktok, la section dédiée aux livres sur le réseau Tiktok, rencontre elle-aussi un succès croissant. En 2020, une vidéo de la tiktokeuse Selene Velez fait exploser les ventes du Chant d’achille, de Madeleine Miller, sortit 8 ans plus tôt. Aujourd’hui, le hashtag #thesongofachilles totalise plus 208 millions de vues sur Tiktok.

Le succès planétaire de la série Netflix Lupin a offert une seconde jeunesse au gentleman cambrioleur des romans de Maurice Leblanc

Les films et les séries consommés à un rythme effréné par nos chères têtes blondes entraînent en retour un fort engouement pour leur source littéraire. Toujours selon le CNL, 58% des 7-25 ans et 68% des 20-25 ans choisissent un livre après avoir vu un film ou une série sur une plateforme. Le succès planétaire de la série Lupin, sortie en 2021 sur Netflix, a ainsi entrainé une ruée de jeunes lecteurs sur les romans de Maurice Leblanc, offrant une deuxième jeunesse au gentleman cambrioleur incarné à l’écran par Omar Sy. Les éditeurs prévoyants ne se sont pas fait prier pour rééditer les aventures du cambrioleur au monocle, d’autant que les œuvres de Maurice Leblanc sont rentrés dans le domaine public depuis 2012 !

Vers de nouveaux formats et de nouvelles pratiques


Les plateformes d’auto-édition en ligne constituent également un axe de développement pour la littérature jeunesse, à l’image du succès de la série After. Le premier des 5 livres de la saga After a été initialement publié par son autrice, la jeune américaine Anna Tod, sur la plateforme Wattpad où près de 90 millions d’utilisateurs peuvent lire et/ou éditer des romans, récits, poèmes ou fanfictions. Rapidement le succès est pris en main par la maison d’édition Simon & Schuster qui en fait un succès planétaire au plus de 12 millions d’exemplaires vendus. L’univers d’After se décline désormais sous forme de séries, de webtoons et de romans graphiques.

La porosité entre la fiction jeunesse et les écrans accompagne une diversification croissante des pratiques de lecture chez les jeunes.

Car c’est finalement le dernier avatar de cette porosité toujours plus grande entre le domaine de la fiction jeunesse et celui des écrans, qui entraine une multiplication et une diversification croissante des nouvelles pratiques de lecture chez les jeunes. En 2021 (source CNL), 40% des moins de 20 ans déclarent à avoir lu un livre numérique, 50% écouté un Podcast ou un livre audio, soit une hausse de + 14% depuis 2016. Les Webtoons, cette nouvelle génération de BD numériques créées pour être défilées sur les écrans de smartphones, constitue un également un segment particulièrement porteur, prisé notamment par les amateurs de mangas et leurs éditeurs, à l’image de la plateforme coréenne Naver qui en a popularisé le concept.


La stratégie gagnante pour les éditeurs jeunesse … et les parents


C’est peut-être la morale de cette histoire. Loin de s’opposer, les univers du livre et des écrans sont complémentaires et se nourrissent mutuellement. Les éditeurs jeunesse l’ont bien compris, comme l’illustrent leurs stratégies toujours plus inventives pour, comme l’écrit le CNL, « aller chercher les jeunes sur leur terrain et leur permettre de lire comme ils veulent quand ils veulent, et d’avoir une attitude décomplexée par rapport à la lecture ». A l’image notamment de l’éditeur américain Barnes & nobles, qui a créé une page spéciale "BookTok" sur son site web pour référencer les livres les plus populaires sur TikTok, et profiter du succès de cette nouvelle tendance sans avoir à payer les TikTokeuses en retour.



Glossaire :

  • Webtoons : nouvelle génération de BD numériques créées pour être défilées sur les écrans de smartphones

  • Booktok : section livre du réseau social Tiktok.

  • Booktubeuses : chaîne Youtube dédiée à la recommadation de livre

  • Screenagers, en français adolécrans : néologisme désignant les 13-19 ans hyperconnectés Fanfictions : prolongements d’œuvres écrits par des fans.


Pour aller plus loin :


_edited.jpg

Jean-Alexis Toubhantz

  • LinkedIn Social Icône

Bienvenue sur mon blog. Au fil des articles publiés sur nos vies numériques, j’interroge les opportunités comme les menaces de la révolution numérique pour notre quotidien, nos sociétés démocratiques, notre vie culturelle, les prochaines générations, etc.

Abonnez-vous
au feed

Merci pour votre envoi