top of page

Cyberharcèlement

Le Podcast "Mentionné-e" donne la parole aux victimes de ce fléau des temps modernes

une jeune fille se tient le front avec la main et consulte sont téléphone portable de l'autre. derrière elle, une hydre à 6 tête la menace et symbolise le cyberharcèlement

Je recommande vivement l’écoute du nouveau podcast de France Inter « Mentionné.e ». Au micro de la journaliste Manon Mariani, le podcast donne la parole à des victimes de cyberharcèlement à travers des épisodes très bien conçus de 25 minutes.


Influenceuse, sportive de haut-niveau, femme politique, militante écologiste ou féministe, la grande variété des témoignages illustre le caractère protéiforme du cyberharcèlement, qui infiltre toutes les strates de notre société.


Toutes les victimes font part de leur désarroi face à la puissance du phénomène qu’elles subissent. Telle l’hydre à plusieurs têtes de la mythologie grecque, le cyberharcèlement ne s’éteint jamais complétement, notamment en raison de la facilité avec laquelle les cyberharceleurs sont capables de contourner les (rares) mesures qui tentent d’endiguer leurs pratiques délétères.


Surtout, les victimes pointent l’irresponsabilité assumée des plateformes qui, derrière un discours lénifiant de façade, ne font strictement rien pour réguler ces pratiques. À cela rien d’étonnant, c’est en effet le "bad buzz" qui retient les utilisateurs sur leurs applications et donc maximisent leurs revenus.

 

Le cyberharcèlement en milieu scolaire


Dans le 1er épisode, la journaliste recueille le témoignage d'Anne-Liz Deba, une jeune femme de 23 ans dont le cyberharcèlement a commencé au collège. Elle a publié un livre : « La peur au ventre. Brisez l'omerta du harcèlement scolaire », aux Editions City, dans lequel elle raconte le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement qu'elle a vécu. L’épisode met particulièrement bien en lumière comment le cyberharcèlement joue un rôle d’amplification du harcèlement « classique ».


Face à la communauté du rappeur Booba


Le 2nd épisode donne la parole à Magali Berdah, surnommée la papesse de la téléréalité, et fondatrice d’une agence d'influenceurs et d’influenceuses pionnière dans le domaine en France. Elle raconte comment sa vie professionnelle et familiale a basculé suite à la campagne de cyberharcèlement orchestrée contre elle par le rappeur Booba.  Elle évoque notamment son long combat judiciaire pour faire stopper ces pratiques. Elle est aujourd’hui une des rares personnes à avoir réussi à faire condamner certains de ses cyberharceleurs devant la justice.


La décrédibilisation de la parole publique 


Dans le 3e épisode, la députée Europe-Écologie les Verts Sandrine Rousseau, figure de la lutte féministe et écologique, raconte son cyberharcèlement. Ce dernier a débuté en 2020, lorsque la députée s’est portée candidate à la Primaire écologiste de l’élection présidentielle française et a été soudainement propulsée sur le devant de la scène médiatique. Elle explique notamment comment le cyberharcèlement a progressivement décrédibilisé et ridiculisé sa prise de parole publique, au point de la faire apparaître pour une personnalité clivante au sein des leaders de la gauche.


La haine des parieurs sportifs


Dans le 5e épisode, la joueuse de tennis professionnelle Alizé Cornet raconte la double pression physique et psychologique qu’elle subit venant des réseaux. Ces principaux harceleurs sont des parieurs sportifs qui la malmènent à chaque match, jusqu’à lui en faire presque perdre le goût de jouer. Cette pratique touche indistinctement les sportifs et les sportives. Toutefois, comme le souligne Alizé Cornet, les insultes destinées aux sportives n'ont pas la même teneur : "Nous, on se fait aussi beaucoup plus insulter, je pense, sur le côté physique. J'ai beaucoup plus de critiques sur mon physique. Je pense qu'un homme, on ne va effectivement pas le menacer de viol et de choses comme ça ».

コメント


IMG_1666_recadree_vive.jpg

Jean-Alexis Toubhantz

  • LinkedIn Social Icône

Bienvenue sur mon blog. Au fil des articles publiés sur nos vies numériques, j’interroge les opportunités comme les menaces de la révolution numérique pour notre quotidien, nos sociétés démocratiques, notre vie culturelle, les prochaines générations, etc.

Abonnez-vous
au feed

Merci pour votre envoi

bottom of page